Noël ou la fête du e-commerce

Avant, Noël était la fête des enfants. Et si elle était en train de devenir celle des e-commerçants?

S’il est trop tôt pour analyser les ventes en ligne de décembre 2013, toutes les statistiques à travers le monde s’accordent pour annoncer des chiffres records.

Cadeau de NoëlAux Etats-Unis, on attend une augmentation de 15% par rapport à Noël 2012. Un chiffre qui s’explique par « une croissance économique forte et un taux de chômage bas » propices aux achats festifs, mais aussi par des méthodes marketing fortes. Les e-commerçants américains n’hésitent pas en effet à multiplier les articles discounts, les ventes évènementielles, les frais de port gratuits, etc.

Les études belges sont encore plus optimistes et annoncent une augmentation du chiffre d’affaire de 25%! Les e-commerçants belges misent toutefois moins sur la publicité que les américains. Aucune campagne à la télé ni à la radio, ils communiquent presque exclusivement par e-mailings. Seulement 39% d’entre eux prévoient de proposer des promotions spéciales, préférant miser sur un bon référencement pour un meilleur positionnement dans les moteurs de recherche.

Les autres pays ne sont pas en reste : 18,7 % de hausse des ventes annoncées en Australie, 17,1% au Canada, 16,6 % en Allemagne, 15,8 % au Royaume-Uni, 10,2 % aux Pays-Bas…

Et en France?

Sans atteindre les records belges, la France devrait se maintenir dans la moyenne avec une croissance annoncée de 14,8% par rapport à Noël dernier. La Poste prévoit d’ailleurs un « nouveau record de distribution de colis ». Pour faire face à cette hausse d’activité, quatre nouvelles plateformes de transit régional ont été mises en place, ainsi que 350 nouvelles liaisons routières et une liaison aérienne.

Le Noël du e-commerceLes instituts de sondage relève tout de même une certaine prudence chez les consommateurs, et un souci de « ne pas gaspiller leur argent ». Faire des cadeaux oui, mais à petits prix. Les internautes français privilégient donc les bonnes affaires et les promotions, climat de crise oblige…
Le panier moyen consacré à Noël (cadeaux, repas, décorations…) devrait d’ailleurs diminuer de 0,9 %. De même les achats impulsifs se font plus rares, tandis qu’un français sur 3 pense ne rien acheter… pour l’instant en tout cas. Un certain nombre d’entre eux (des femmes essentiellement) ont en effet l’intention d’acheter les cadeaux un peu plus tard, pendant les périodes de soldes notamment.
Pour autant, les français ne sont pas prêts à tout pour faire des économies : très peu d’entre eux envisagent la solution du « fait maison », une alternative très en vogue chez nos voisins allemands et britanniques.

A noter également l’augmentation sans précédent des achats sur mobile : le taux de cadeaux commandés sur tablette ou smartphone devrait augmenter de 200% par rapport à 2012! Bien que ce canal reste moins utilisé en France qu’aux Etats-Unis ou au Royaume-Uni, il est impossible d’ignorer sa spectaculaire progression.

Sources : 01net.com, Ecommercemag.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *