Nouvel Observatoire des Libertés et du Numérique (OLN)

Une nouvelle institution est née la semaine dernière : l’Observatoire des Libertés et du Numérique. Celui-ci aura pour principal objectif de veiller au respect de la vie privée et des données numériques. Voilà qui rappelle les missions de la Cnil, non?

Prévenir les dérives

Surveillance numériqueCes derniers mois, la protection des données personnelles sur internet a été mise à mal. Entre l’affaire Prism (un programme américain de surveillance électronique sur le web) aux Etats-Unis et le vote d’une Loi de Programmation militaire (qui faciliterait l’accès des données informatiques pour les services de renseignement) en France, il semblerait que nos faits et gestes soient épiés de toutes parts.
En réponse à ces deux affaires (et à d’autres moins médiatisées), des associations et des syndicats oeuvrant pour la protection de la vie privée (dont la Ligue des Droits de l’Homme, le Syndicat des avocats de France ou encore le Syndicat de la magistrature) ont créé l’Observatoire des Libertés et du Numérique (OLN). Ses fondateurs s’insurgent contre le « sacrifice » du respect de la vie privée et des données personnelle « sur l’autel de la sécurité ». Une situation qui n’est « plus acceptable » selon eux.

Né officiellement le 28 janvier 2014, l’OLN  a l’intention de « peser dans le débat public sur ce que doit être une politique du numérique respectueuse des droits ». Avec pour objectif avoué d’empêcher toute dérive de la part de nos dirigeants.

Informer avant tout

Si les intentions de ce tout récent OLN semblent louables, on ne peut s’empêcher de le comparer à la Cnil (Commission nationale de l’informatique et des libertés). Le rôle de celle-ci n’est-il pas également de « veiller à ce que l’informatique soit au service du citoyen et qu’elle ne porte atteinte ni à l’identité humaine, ni aux droits de l’homme, ni à la vie privée, ni aux libertés individuelles ou publiques » (définition officielle de la Cnil, que l’on retrouve dans les premières déclarations de l’OLN)?

Si leurs objectifs sont proches, l’OLN nie toutefois vouloir se substituer à la Cnil, pourtant de plus en plus critiquée, voire jugée défaillante. Contrairement à cette dernière, l’Observatoire n’aura d’ailleurs aucun pouvoir répressif. Son rôle sera avant tout d’informer les citoyens, de leur « donner la parole », tout en intervenant si besoin auprès des pouvoirs publics en cas d’abus.
L’OLN a déjà prévenu qu’il s’intéresserait de près aux questions de la biométrie, de la vidéosurveillance, des mises sur écoute ou encore du « traitement des données à caractère personnel et la libre circulation des données ».

Un premier rendez-vous est dès à présent donné aux internautes soucieux de protéger leur vie privée. L’OLN devrait en effet participer au Safer Internet Day le 11 février prochain, une journée européenne qui vise à informer sur les dangers d’internet et la nécessité de sécuriser les connexions, notamment pour les enfants.

Sources : Les numériques, 01 Net

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *